Marc Montoya livre ses réflexions et analyses sur le combat pour le titre poids paille entre Zhang Weili et Yan Xiaonan | UFC 300

Publié : Mercredi 10 avril 2024 17:09:56 298

Marc Montoya livre ses réflexions et analyses sur le combat pour le titre poids paille entre Zhang Weili et Yan Xiaonan | UFC 300

E. Spencer Kyte s'est entretenu avec Marc Montoya, l'entraîneur principal du Factory X Muay Thai sur la dynamique du co-main event de l'UFC 300 le combat pour le titre entièrement chinois entre la championne Zhang Weili et la challenger Yan Xiaonan.

Voir la carte de l'UFC 300 (Las Vegas)


Le combat entre Weili Zhang et Xiaonan Yan aura lieu ce week-end à la T-Mobile Arena de Las Vegas lors de l'historique événement UFC 300 .

Kyte : À une époque où tout le monde est plutôt solide dans tous les domaines, en général, quelle est la force principale de chacune de ces compétitrices ? Quel est l'élément de leur jeu qui se démarque le plus ?

Montoya : Je pense que lorsqu'on regarde Zhang Weili, l'une des choses qui ressort vraiment, c'est l'expérience. Elle a été là, elle a traversé des épreuves difficiles, elle a été façonnée par ces moments et elle a ressenti la pression face à certaines des meilleures au monde. Je pense que c'est un élément qui lui est absolument bénéfique.

L'autre chose que je dirais, c'est son intelligence de combat (QI). L'expérience fait grandir le QI, et je pense que lorsqu'on a une athlète expérimentée comme elle, qui a été là, qui a été dans des situations avec beaucoup de pression et qui les a affrontées avec courage, son QI va forcément s'accroître. Je ne parle pas seulement d'échecs en termes de victoire et de défaite, mais aussi des moments où l'on gagne et de ceux où l'on perd dans l'octogone.

Je pense qu'elle a vécu de grands moments, des moments dont elle a dû tirer des leçons, et je pense que cela va lui être très profitable. De plus, l'importance de ce gala est énorme - c'est l'un des plus grands événements de l'année. Donc, être capable de gérer toutes les distractions extérieures est une force qui va jouer en sa faveur, car elle a déjà été dans ces situations et a appris à les gérer.

En gros, je dirais que le plus important est qu'elle a une bonne expérience, positive et négative, et c'est un élément crucial.

Kyte : Et qu'en est-il de Yan Xiaonon ?

Montoya : Je pense que l'avantage principal, c'est que parfois, avec un regard neuf, il y a un avantage. Parfois, on ne sait simplement pas ce qu'on ne sait pas, et cela peut même jouer en votre faveur.

Je pense que c'est un élément qui joue en sa faveur, et tout comme on en parlait avec Zhang Weili, Yan doit y aller galvanisée par l'idée qu'elle "a une opportunité unique". Parfois, ne pas savoir ce que l'on ne sait pas peut être un avantage.

La vitesse et la puissance sont les deux éléments clés à observer dans n'importe quel combat. Quand on parle de combats féminins, toutes les athlètes n'ont pas de la vitesse et de la puissance, mais ces deux-là en ont, et je pense que cela donne à Yan une chance de se baser sur ses points forts, qui sont sa rapidité et sa force de frappe.

Elle devra s'adapter à la vitesse et à la puissance de Zhang Weili - on pourrait dire qu'elle combat presque son reflet, et je pense que d'une certaine manière, c'est une bonne chose car elle se connaît très bien.

Kyte : En ce qui concerne l'expérience, vous étiez dans le coin d'Anthony Smith (en tant qu'entraîneur), vous l'avez coaché pendant longtemps alors qu'il gravissait les échelons et accédait à ce combat pour le titre. Comment prépare-t-on quelqu'un à quelque chose qu'il n'a jamais fait auparavant ?

Il avait participé à de nombreux combats, à des événements principaux, mais jamais à un combat pour le titre ; jamais à quelque chose d'une telle ampleur. Sur quoi vous êtes-vous concentrés ou sur quoi les entraîneurs dans cette situation, comme Danny Castillo qui sera avec Yan Xiaonan, ont-ils insisté avant le combat ?

Montoya : Que ce soit pour entraîner Anthony, Brandon Royval, Joe Warren ou Rob Wilkinson qui a remporté le titre PFL, il y a de nombreux exemples où, en tant qu'entraîneur, nous sommes passés par là.

Je pense que chaque fois que vous avez une telle opportunité, l'une des choses les plus importantes est de savoir saisir cette situation. Être dans cette position n'est jamais un cadeau - c'est toujours quelque chose de mérité - et donc il faut simplement leur rappeler "Tu n'as pas eu de chance. Ce n'était pas un concours de popularité. Tu as gagné ta place ici."

Je pense que parfois, quand on parle de ces situations, on parle beaucoup de sentiments, et je pense que les sentiments sont bons pour certaines choses, mais la question que vous me posez est l'une des choses que j'ai toujours faites dans tous les combats pour le titre, gagnés ou perdus, que nous ayons eus ; on parle des faits.

Quels sont les faits ici ? Comment en sommes-nous arrivés là ? Qu'avez-vous fait pour en arriver là ? Qui avez-vous battu ? À quoi cela ressemblait-il ? Quand vous aviez 20 ans, c'est ce que vous vouliez ?

La réponse est toujours "Oui" et donc, ramener les choses aux faits donne une perspective, et finalement, cela se résume à - je pense que la question que vous posez, et que tout le monde se pose, est "Quelle sera la pression de cette situation et pourront-ils la gérer ?"

En fin de compte, quand vous digérez tout ça, ce que vous voulez dire, c'est que cette pression est un privilège et que vous l'avez voulue toute votre vie, alors ne reculons pas devant ce moment.

Cela demande plus que ça - d'autres discussions, plus d'échanges - mais, en un mot, c'est ce que nous visons.

Kyte : Oui, c'est exactement ce à quoi nous pensons tous - "Comment cette personne qui n'a jamais vécu ça va-t-elle le gérer ?" - et ce que vous dites sur le fait de mettre de côté les sentiments, les émotions, et de se rappeler que c'est mérité, est une très bonne approche.

Montoya : N'ayez pas peur de cette position dont vous avez rêvé, car c'est le rêve. Vous en avez rêvé, maintenant faisons-en une réalité. Plongeons-nous là-dedans comme on l'a fait pour en arriver là.

Kyte : Tout le monde aimerait un KO en 10 secondes ou une soumission, mais ce n'est pas souvent comme ça que les choses se passent, surtout au niveau du titre. Au contraire, c'est généralement le combattant qui a élaboré le meilleur plan de match et qui l'a le mieux exécuté dans l'octogone qui repart avec la victoire et la ceinture autour de la taille.

Alors, comment chacune d'elles peut-elle y arriver samedi soir ?

Montoya : Comme je l'ai dit plus tôt, elles ont toutes les deux de la vitesse et de la puissance, donc je pense que la clé de la victoire est de savoir qui va le mieux tromper l'autre.

Ce que je veux dire par là, c'est qu'elles ont toutes les deux de la vitesse et de la puissance. Peuvent-elles utiliser cela comme un avantage pour faire en sorte que ce qu'elles viennent de faire ressemble à la même chose, tout en trouvant autre chose ?

Ce sont toutes les deux des athlètes expérimentées, donc ce n'est pas facile, mais en raison de l'importance de ce combat, cela se résumera finalement à qui sera capable de piéger et de tromper l'autre parce qu'elles sont toutes les deux très expérimentées.

Je dirais que c'est la clé de ce combat, c'est sûr.

Kyte : S'il y avait une chose qui allait influencer de manière significative le déroulement de ce combat - qui le ferait pencher dans un sens ou dans l'autre - quelle serait-elle ?

Montoya : Je dirais l'expérience, et pas seulement l'expérience de haut niveau ; je veux dire l'expérience de vie.

L'expérience de haut niveau en compétition va jouer un rôle, mais il y aura des moments où vous perdrez, et il y aura des moments où vous gagnerez. Même lorsque vous perdez un combat ou un jeu, vous allez gagner une partie de cet échange et vous allez en perdre une autre, mais comment réagissez-vous ?

Je pense que c'est le plus important : peuvent-elles s'appuyer sur leur expérience et ne pas se perdre dans la situation qui se présente ? Peuvent-elles ne pas être excessivement frustrées lorsque le plan de match ne fonctionne pas ? Peuvent-elles faire des ajustements au bord de la cage ?

Je pense qu'une des choses qui arrive souvent et que les gens ignorent parce qu'ils ne le font pas régulièrement, c'est que beaucoup de combats sont absolument gagnés grâce au plan de match initial, mais ensuite ce sont les corrections et les ajustements qui viennent du coin, de l'athlète et du coin, ou du coin et de l'athlète, peu importe la façon dont vous voulez voir les choses.

Je dis toujours aux athlètes : "Je peux voir ce que vous ne pouvez pas voir, mais je ne peux pas sentir ce que vous pouvez sentir, donc nous devons avoir une bonne synergie." Alors, comment faire cet ajustement ?

Je pense qu'elles vont toutes les deux arriver avec de bons plans de match, mais l'ajustement au bord de la cage sera l'avantage pour celle qui gagnera.

Kyte : Les entraîneurs voient et analysent le sport différemment de tout le monde. Ils repèrent des choses différentes, prêtent attention aux mouvements, aux habitudes et aux éléments intangibles que d'autres pourraient ne pas remarquer, mais qui pourraient avoir un impact significatif sur l'action dans l'octogone.

Chaque combat offre son propre lot d'éléments uniques qui peuvent piquer l'intérêt d'un entraîneur et le pousser à regarder un peu plus attentivement une fois le combat engagé.

Alors, quel est cet élément particulier dans ce combat ?

Montoya : Ce qui m'intrigue, c'est qu'elles ont toutes les deux de la vitesse et de la puissance. Peuvent-elles maintenir un rythme gérable et le tenir sur toute la durée du combat, si nécessaire ?

Les combats féminins ont tendance à aller jusqu'au bout, et en raison de la vitesse et de la puissance, le rythme sera-t-il plus lent ou l'une d'elles pourra-t-elle tromper l'autre, faire des ajustements au bord de la cage pour augmenter le rythme, et faire en sorte que le combat ne dure pas la totalité des rounds, en trouvant une opportunité de finition ?

C'est la question que je me pose : va-t-il y avoir un ajustement pour maintenir le rythme, car si elles se respectent trop mutuellement, parce qu'elles ont des attributs comparables, est-ce que ce sera simplement "Je te frappe, tu me frappes, je te frappe, tu me frappes, puis je te frappe encore quelques fois et je gagne par décision" ?

Kyte : Est-ce que ce sera cinq rounds de va et vient ou quelqu'un peut-il faire quelque chose pour changer ça ?

Montoya : Elles ont toutes les deux la capacité de le faire parce qu'elles ont toutes les deux cette vitesse et cette puissance, mais quand vous êtes là-dedans et que vous ressentez ça, est-ce que ça vous fait reculer et essayer de ne pas perdre le combat, ou est-ce que vous trouvez des moyens, des pièges, des ajustements pour trouver un finish ?

C'est le jeu ultime auquel on joue. C'est un jeu difficile, c'est sûr, mais c'est l'une des choses que je vais chercher, c'est sûr.

Kyte : En ce qui concerne la question de l'ajustement et de la recherche de l'élément qui peut différencier les deux combattantes, quand un athlète n'est pas capable de le faire - qu'il ne le voit pas ou n'écoute pas les instructions et ne fait pas ce choix - d'où cela vient-il typiquement ?

Est-ce que c'est "Je ne veux pas prendre de risque" ou une incapacité à sortir de cette stratégie ?

Montoya : Je pense que parfois, ce qui se passe, c'est qu'ils ne le reconnaissent pas forcément quand ils sont dedans. Parfois, quand on leur parle après coup, on s'aperçoit qu'ils sont passés en mode "éviter la défaite" plutôt qu'en mode "aller gagner le combat".

Parfois, quand on essaie de gagner un combat, on perd, parce qu'on se fait prendre ou qu'un truc bizarre se passe, et c'est donc plus facile à dire qu'à faire, surtout quand on n'est pas celui qui est dans l'octogone.

Mais la raison pour laquelle je pense qu'on dit ça aux athlètes - "Allez, il faut qu'on y aille !" - c'est que l'entraîneur a vu ça arriver en préparation, à l'entraînement, en sparring et en répétition. Encore une fois, ils ne sont pas arrivés à cette position par chance, ils ont déjà dû y aller auparavant, ils ont dû aller au fond d'eux-mêmes et gagner un combat.

On fait appel à une partie du passé qu'on a observé, mais ce qui se passe, c'est qu'ils entrent dans un mode où ils n'ont simplement pas les moyens - peut-être qu'ils ont reçu un coup, parce que ça arrive aussi - et leur instinct de survie se déclenche, et ils fonctionnent juste.

En résumé, ils essaient de ne pas perdre au lieu d'aller gagner, et c'est le risque d'aller gagner qui les retient, parce que le risque d'aller gagner peut vous faire perdre. Mais ce que j'ai toujours dit, c'est : "Préférez-vous sortir de la cage déçu de vous-même, sachant que vous aviez plus en réserve, ou avez-vous tenté votre chance, mais vous avez quand même perdu ?"

C'est un tel dilemme quand il s'agit de se battre. C'est un sport tellement difficile.


Source : UFC


Voir aussi les articles suivants :
Diego Lopes pense qu'il a une occasion en or de marquer les esprits | UFC 300
UFC 300 - Séance d'autographes : photos | Las Vegas
UFC 300 - Alex Pereira vs. Jamahal Hill : Media Day Live Stream | Las Vegas
UFC 300 - La pesée officielle : résultats, vidéos, photos, faceoffs | Las Vegas
UFC 300 - La pesée cérémoniale | Las Vegas
Holly Holm compare Kayla Harrison à Ronda Rousey avant l'UFC 300 : “Ce sont deux combattantes très différentes”




Fiche combat et prono

Weili Zhang vs. Xiaonan Yan

UFC 300 - Weili Zhang vs Xiaonan Yan